Nathalie Lange, collaboratrice Bucom

Comment tout a commencé ?

La machine à coudre a toujours été un objet fascinant pour moi. Petite, j’observais mon papa, couvreur, l’utilisant pour réparer ses vêtements de travail. Mes parents m’ont offert ma première machine il y a quinze ans. Depuis, la couture occupe une place essentielle dans mon quotidien. Mon atelier, toujours ouvert, est proche des pièces de vie, ce qui me permet d’être toujours disponible pour mes fils Lino (8 ans) et Emilio (5 ans). Souvent, ils jouent pendant que je couds. Je suis là pour eux, tout en leur partageant le message qu’il est important de faire ce que l’on aime.

Je suis principalement autodidacte, mais j’ai suivi une dizaine de cours à la Maison de couture, à Bruxelles. La couture influence mes amitiés, plusieurs d’entre elles se sont nouées en parlant tissus. Quand j’ai connu celui qui allait devenir mon mari, il m’a parlé de la jeunesse de ses parents. Sa maman était couturière dans un atelier et son papa réparateur de machines à coudre. Les deux amoureux utilisaient des boites d’épingles pour échanger en secret des mots d’amour ! Autant dire que j’ai eu immédiatement un a priori positif vis-à-vis de mes beaux-parents ! Ma belle-maman nous a, hélas, quittés inopinément en décembre dernier.

Ce que j’aime faire ?

J’aime coudre des vêtements intemporels, avec une préférence pour les chemises. C’est assez technique, il y a pas mal d’étapes et on trouve une grande diversité de patrons.

J’apprécie aussi de coudre des objets qui peuvent constituer des cadeaux personnels : des trousses, des coussins, des sacs…

Nathalie aime réaliser des objets à offrir

Pourquoi je couds ?

J’ai besoin de réaliser des choses de mes propres mains. Être capable de mener un projet à son terme est porteur au niveau de la confiance en soi. La couture permet d’apprendre en continu. Il y a tant de techniques différentes ! Elle ouvre aussi la porte aux échanges. Sur les réseaux sociaux, il y a une importante communauté couture. Ce hobby parle à plusieurs de nos sens : c’est le plaisir de voir de beaux tissus, de les toucher, d’entendre le bruit si particulier des ciseaux qui découpent l’étoffe. J’aime ce bruit depuis l’enfance. Quand j’avais 10 ans, j’ai fait ma plus grosse bêtise en découpant des entailles dans les vêtements de mes parents, hypnotisée par le chant des ciseaux…

Au début de la crise sanitaire, savoir coudre, c’était disposer d’un super pouvoir ! J’ai réalisé des dizaines de masques pour une maison de repos, pour une infirmière de notre quartier, pour nos proches, pour nos voisins. Je suis heureuse d’avoir pu apporter ma contribution à la société.

Au début de la crise sanitaire, Nathalie a réalisé des dizaines de masques

La couture a un lien avec l’éthique. Je mène une réflexion globale pour ne coudre que ce dont j’ai besoin. Je refuse la fast fashion et la fast couture. Je me crée une garde-robe « capsule » avec quelques pièces que je peux interchanger et coordonner au gré de mes envies. Je préfère penser dans la durée, plutôt que dans la consommation pure et dure.

Les réalisations dont je suis la plus fière ?

C’est sans aucun doute mon anorak que j’ai réalisé en gabardine de coton, avec des coutures gansées, une fermeture éclair, des poches plaquées à soufflets. J’ai mis plus de 30 heures pour le faire mais chaque fois que je le porte, quelle fierté !

Anorak en gabardine de coton réalisé par Nathalie Lange

Mes prochains projets ?

J’ai promis de coudre une chemise pour mon mari Filippo. J’ai déjà le patron et le tissu.

J’ai aussi un projet de chemise pour moi, dans un coton brodé bleu marine, avec un col surmonté d’un volant.

Et cette année, je vais me faire un pantalon pout la première fois.

Les conseils que je donnerais à un(e) débutant(e) ?

Se lancer des défis et ne pas opter pour la facilité. C’est en se trompant qu’on apprend. Il faut bien préparer son projet et commencer par lire toutes les explications du patron. Phaser le travail permet de l’intégrer plus facilement dans son quotidien. Il vaut mieux éviter de coudre au finish tard le soir car c’est là qu’on fait des bêtises.

J’ai créé mon propre blog couture pour partager mes réflexions en matière de style et de garde-robe réfléchie, mes coups de cœur pour des patrons et mes réalisations. Mon but est de donner envie de passer derrière la machine.

À découvrir sur http://www.flowcouture.be/


1 2 3 4 5 6 7

Les commentaries sont fermés.