Karine Picart, chef de projet, équipe Systèmes collaboratifs

Comment tout a commencé ?

Je me suis mise à la couture en septembre 2018, encouragée par ma tante qui a pas mal d’expérience. J’ai suivi une courte formation pour apprendre à utiliser une machine à coudre, puis quelques ateliers thématiques : comment réaliser une trousse, un foulard, etc.

J’ai souvent recours aux tutoriels disponibles sur internet. Quand j’ai encore un doute sur la façon de m’y prendre, ma tante me guide.

Ce que j’aime faire ?

J’adore réaliser des vêtements pour ma fille Linnéa (6 ans). Et je couds pas mal d’habits pour mes proches : compagnon, frère, belle-mère, neveux et nièces… Il m’arrive d’en faire pour moi aussi évidemment 😉.

Pourquoi je couds ?

La couture est ma recette anti-stress. Elle m’apporte la sérénité et me permet de me déconnecter. Quand je couds, je me concentre entièrement sur mon ouvrage et je ne pense plus à rien d’autre.

Ce hobby me convient bien car il se pratique à la maison. Une heure suffit pour avancer un peu dans un projet : décalquer un patron, le découper ou l’assembler. Alors, le soir, dès que j’ai un peu de temps, je m’y mets. J’y consacre 5 à 6 heures par semaine.

Le caractère très créatif de la couture est valorisant. Il donne la satisfaction de réaliser quelque chose d’utile soi-même.

J’aime aussi le côté récup : créer du neuf avec des chutes de tissu, transformer un pyjama en robe de nuit, customiser un jeans pour qu’il devienne une pièce unique, réparer ou rallonger des vêtements,…

Photo : L’ours Marlon rhabillé pour l’été

Les réalisations dont je suis la plus fière ?

Certaines robes que j’ai faites pour ma fille sont très sympas.

Et j’ai une affection particulière pour son doudou en forme de chien.

Photo : Prunelle le teckel

Mes prochains projets ?

Je vais réaliser un legging et un survêtement de sport pour Linnéa.

J’ai également trouvé un chouette modèle de sweat-shirt que je vais coudre pour mon frère…

Les conseils que je donnerais à un(e) débutant(e) ?

Je lui dirais de suivre quelques cours pour se mettre le pied à l’étrier, d’investir dans une machine à coudre correcte – pourquoi pas de seconde main – afin de ne pas être trop vite limité(e), et d’accorder de l’attention au choix du bon tissu pour le bon patron.

Illustration d’en-tête : Photo by Olesia Buyar on Unsplash


1 2 3 4 5 6 7

Les commentaries sont fermés.