Depuis la fin mars 2021, Myriam Hemmeryckx travaille bénévolement dans un centre de vaccination à Ninove. Elle y offre un support administratif.

Contribuer à la lutte contre le coronavirus lui apporte une réelle satisfaction.

Symbiose est allé à la rencontre de cette collègue au grand cœur, détachée par Smals à l’ONSS.

Quelles sont tes motivations pour ce travail bénévole ?

La ville de Ninove cherchait des volontaires pour soutenir le centre de vaccination contre la Covid-19. Différents types de profils étaient demandés : agents d’accueil, stewards, personnel infirmier… J’avais envie de me rendre utile et j’ai posé ma candidature, tout comme 600 autres personnes. J’ai eu la chance d’être sélectionnée. Je suis ravie que l’on me donne l’occasion de m’impliquer concrètement dans la lutte contre cette épidémie. 

Quel est ton rôle ?

La plupart du temps, j’accueille les citoyens qui viennent se faire vacciner. Je vérifie leur invitation et je les enregistre en scannant leur carte d’identité. Je les guide ensuite vers la bonne file d’attente.

Le rythme est intense, on a à peine le temps de prendre un café ! Mais je repars avec le sentiment du devoir accompli. 😃

Combien de temps y consacres-tu ?

Je passe entre huit et douze heures par semaine sur place, à raison de deux ou trois shifts de quatre heures chacun. Cela dépend des besoins du centre et du nombre de vaccins livrés. En tant que bénévoles, nous communiquons nos disponibilités et recevons ensuite notre planning. Comme je travaille à temps plein à l’ONSS, je vais au centre de vaccination certains soirs de semaine de 17h30 à 21h30, et parfois le samedi de 8h30 à 12h30 ou de 13h à 17h.

Que t’apporte cette expérience ?

Cela fait du bien d’être dans l’action, plutôt que de subir passivement la crise sanitaire. Je rencontre beaucoup de gens, c’est enrichissant en termes de contacts humains. En outre, il est impressionnant d’observer « de l’intérieur » les efforts de grande ampleur que nécessite le fonctionnement d’un tel centre. Celui de Ninove est très bien organisé, je n’entends que des échos positifs. Et j’observe que les gens sont très contents de se faire vacciner, ce qui est encourageant pour la sortie de crise. Même si, chaque jour, nous constatons que quelques personnes ne se présentent pas à leur rendez-vous.

Comment tes proches réagissent-ils ?

Les membres de ma famille estiment que c’est une belle initiative. Ma fille Sarah, 24 ans, s’est elle aussi engagée comme bénévole (photo ci-contre).

Elle est infirmière et donne cours à de futur(e)s aides-soignant(e)s.

Comme elle est en congé les mercredis et vendredis après-midi, elle se rend au centre pour y administrer des vaccins.

Depuis quand travailles-tu chez Smals et quelle fonction exerces-tu ?

J’ai été engagée chez Smals en 1987 comme collaboratrice interne. J’ai 34 ans de service cette année 😃. Depuis 2003, je suis détachée à l’ONSS. J’y exerce la fonction d’expert 2e ligne Flux de données Travailleurs au sein de la direction générale « Identification et contrôle des déclarations ».


Les commentaries sont fermés.