Jan-Frans Lemmens, Responsable Communication externe et Porte-parole

Quelle impression cela te fait-il de revenir au bureau ?

« Vu les particularités de ma fonction, j’ai continué à venir au bureau environ une fois par mois pendant le confinement. J’avais régulièrement des entretiens avec la presse en présentiel. Je me suis donc moins éloigné du cadre professionnel que d’autres collègues. Ce qui me fait bizarre quand je viens au bureau, c’est d’y voir si peu de monde. C’est presque aussi étrange que de rester à la maison. On est loin du taux d’occupation maximal de 20%. Le sentiment d’anormalité persiste.

Le retour sur site réserve de bonnes surprises. Il permet de découvrir les nombreux travaux de rénovation et de décoration effectués par le service Buildings & Facilities. Ils ont repeint les couloirs, les cages d’escaliers, les douches… Ils ont placé des panneaux acoustiques et apporté de nombreuses autres améliorations. »

Comment as-tu vécu le confinement ?

« Comme une période très intense sur le plan professionnel. Ma charge de travail a explosé. Au-delà de la communication externe strictement liée à Smals, j’ai été impliqué dans la communication de toutes les initiatives de lutte contre la Covid-19. Cela s’est concrétisé par beaucoup de contacts avec la presse et une intense concertation avec les porte-parole d’autres institutions. J’ai, en particulier, encadré la communication de l’application Coronalert, à la demande de Karine Moykens, présidente du Comité interfédéral Testing & Tracing. »

Dans ces circonstances particulières, comment avez-vous maintenu la connexion au sein de l’équipe ?

« Nous ne sommes que deux dans l’équipe. Comme je l’ai expliqué, les circonstances de travail m’ont amené à venir sur site environ une fois par mois. De temps à autre, ma collègue Kelsey Ruys m’y a rejoint pour faciliter la concertation entre nous. J’ai, en effet, dû lui déléguer pas mal de tâches dans l’urgence. Nous étions fortement sous pression et avions besoin de nous serrer les coudes. Au bureau, les mesures sanitaires étaient bien organisées et nous offraient un environnement très safe. Maintenant que nous pouvons revenir plus régulièrement, nous nous mettons d’accord pour nous retrouver une fois par semaine. »

Comment vois-tu l’équilibre entre le télétravail et le travail sur site ?

« Je ne suis pas partisan d’un grand retour au bureau ‘à l’ancienne’. Une solution fifty-fifty me semble équilibrée : la moitié du temps au bureau et l’autre moitié en télétravail. J’ai vraiment besoin de retrouver les collègues et de ne plus rester tout le temps à la maison. Si les courses constituent la grande excursion de la semaine, ce n’est plus une vie ! Le monde devient petit. Mais j’apprécie aussi le télétravail. C’est très agréable de pouvoir enfourcher son vélo à 17h et de partir faire un tour. »

Merci à Kelsey Ruys pour la photo de Jan-Frans Lemmens


1 2 3 4 5 6

Les commentaries sont fermés.